ANKTIUS

 

Accueil
Contactez-moi
Généalogie
Massat
Voyages
Musique
Guitares CFS
Publications
Galeries Photos
Nouveautés
Plan du site
Statistiques site

 

 

 

  CFS Guitars © 

 

Cette page vous présente le modèle  ANKTIUS de CFS Guitars ©avec toutes ses déclinaisons en séries. Elle vous montre également les différentes phases de fabrication (explications et photos).

       
        I - Avant propos


        II - Les Séries de ANKTIUS

        III - La fabrication du prototype N° de série : T17001

                - a) les caractéristiques techniques
                - b) la fabrication étape par étape (photos)
                       
1 - Le pré-gabarit
                        2 - Les gabarits
                        3 - Usinage du corps
                        4 - Usinage du manche
                        5 - Premières vérifications
                        6 - Placages
                        7 - Derniers usinages
                        8 - Traitement du bois
                        9 - Montage de l'accastillage et des micros
                        10 - Câblage de l'électronique
                        11 - Réglages finaux

   IV - La vidéo de démonstration
                1 - Présentation des différentes parties de la guitare ANKTIUS et de leurs caractéristiques.
                2 - Démonstrations sonores des 9 positions possibles (combinaisons des 3 micros).

                3 - Démonstration de jeu avec la guitare ANKTIUS (improvisation).

 

 

I -Avant-propos

   L'étude de la forme d'une guitare électrique n'est pas chose aisée car l'on a tendance à revenir sur les deux grandes références que sont la GIBSON Les Paul et la FENDER Stratocaster. Mais en y passant du temps , il est tout de même possible de sortir des sentiers battus et de créer quelque chose d'un peu novateur.  Il faut beaucoup de temps et d'ébauches pour obtenir quelque chose de satisfaisant esthétiquement et fonctionnellement.

C'est le défit que je me suis lancé en fin d'année 2016. Avec le temps et pas mal d'inspiration est né ANKTIUS dont voici  une esquisse :

 


II - Les Séries de ANKTIUS de
CFS Guitars © 

    ANKTIUS possède une forme qui se veut être la plus originale possible et donc qui ne ressemble à aucune autre guitare existante. La forme du corps et de la tête du manche font de ANKTIUS, un modèle unique qui peut être décliné en plusieurs séries.

 


Modèle présenté : Anktius - Série SH - finition FB-VG-NN

   

CFS Guitars ©

ANKTIUS
 

Série SH Série S1 Série S2 Série S3 Série H Série P
Config micros H S H S S S H S S S S H H P P
Split micros oui non oui non oui non
Switch 5 positions 5 positions 5 positions 3 positions 3 positions 3 positions
Nombre de sons 9 (avec split) 5 7 (avec split) 3 8 (avec 1 µ switch par micro) 3
Type de son Polyvalent Cristallin Cristallin Claquant Classique + Crunchy
Esprit Polyvalence Stratocaster Stratocaster Telecaster Les Paul Les Paul
Bois pour le corps Doussé
Noyer
Framiré
Sapelli
Aulne Aulne Frêne
Erable
Sapelli Sapelli
Bois pour le manche Erable Erable Erable Erable Acajou ou
Erable
Acajou ou
Erable
Bois pour la touche Erable ou Palissandre Erable ou Palissandre Erable ou Palissandre Erable Palissandre Palissandre
Fixation corps-manche 4 Vis 4 Vis 4 Vis 4 Vis 4 Vis 4 Vis

H = Humbucker (double bobinage)
S = Single Coil (simple bobinage)
P = P90 (simple bobinage large)

 

 

 III - La fabrication du prototype - N° de série : T17001

    Dans ce chapitre, je vais détailler les étapes de fabrication de la première ANKTIUS (décembre 2016 - Mars 2017).
Mais tout d'abord, voici les caractéristiques de la guitare :
 

            a) - Les caractéristiques techniques de ANKTIUS Série SH  finition FB-VG-NN :

                    Modèle : ANKTIUS
                    Série : SH (configuration micros HSH)
                    Finition : FB-VG-NN (F = Floyd Rose, B = Bronze (accastillage), V = Vernis, G = Gloss (brillant), N = Teintes Naturelle (finition bois),


                    Corps en Bossé (1 pièce -  bois vieux de plus de 10 ans) et table en Erable pommelé (placage),
                    Manche vissé en Erable (profil en U) et touche en Palissandre avec inlay (arbre de vie),
                    Accastillage couleur cuivre vieilli (Vintage Copper ou Antic Bronze suivant les marques),
                    Micro chevalet : Dimarzio Tone Zone DP 155 Noir (Humbucker),
                    Micro milieu : Ibanez QMS1 noir (Single coil),
                    Micro manche : Dimarzio Air Norton DP 193 Noir (Humbucker),
                    Cadres micro en bois (Bossé) (CFS),
                    Vibrato Floyd Rose Schaller Vintage Copper avec sillet bloquant (bloc barillet du vibrato : 32 mm)
                    1 potentiomètre de volume 500 kohms,
                    1 potentiomètre de tonalité 500 kohms avec push / pull pour splitter les deux micros humbuckers,
                    1 capacité de 0,47 nF (tonalité)
                    2 boutons de potentiomètre en bois,
                    1 sélecteur 5 positions Schaller Megaswitch type S, pour obtenir les configurations de micros suivantes :
                            Position 1 : micro chevalet seul (splittable via le potentiomètre push / pull),
                            Position 2 : micro chevalet (splittable) et micro du milieu,
                            Position 3 : micro du milieu seul,
                            Position 4 : micro du milieu et micro manche (splittable),
                            Position 5 : micro manche seul (splittable),
                    6 mécaniques ABC Parts Antic Bronze, boutons Grover,
                    Placage tête de manche en loupe d'Erable,
                    2 plaques en plastique antistatique (caches cavités) avec placage en Sapelli pommelé.
                    Cordes d'Addario XL 10 - 46.

        

         b) - La réalisation, étape par étape :

                    1 - Le pré-gabarit :

    Nous allons concrètement débuter le projet et cela passe par la réalisation des gabarits qui vont me permettre d'usiner le bois.
Le pré-gabarit est réalisé dans du carton de 2 mm. Il faut ensuite y reporter toutes les cotes (position des diverses défonces et des différents perçages). C'est un long travail qui demande à être précis, notamment pour la position du manche et du vibrato. Il faut également penser que l'on va travailler dans les trois dimensions et donc intégrer les différentes profondeurs des futurs usinages.

 

                    2 - Les gabarits :

    Une fois cette étape franchie, le pré-gabarit va permettre de réaliser les 4 gabarits sur lesquels il faut reporter toutes les cotes. Ces derniers sont ensuite détourés dans du MDF de 10 mm à l'aide d'une scie sauteuse. La finition est effectuée à la Dremel et enfin au papier verre. J'y reporte ensuite toutes les mesures nécessaires aux différentes phases d'usinage. Il faut également penser à usiner des plots de centrage dans les gabarits. Ils serviront de référence.


Gabarits 1 et 2 positionnés l'un sur l'autre.
 

                    3 - Usinage du corps :

    Le corps de la guitare est usiné dans une planche de bois dont les dimensions sont : L = 50 cm x l = 40 cm x H = 42 mm. Cette planche, vieille de 10 ans, séchée à l'air libre, est issue d'un avivé de 2,50 m de long, acheté dans une scierie qui fermait ses portes. Le bois est du Bossé (originaire d'Afrique de l'Ouest), dont la texture et la couleur rappelle l'Acajou. Il a de superbes reflets cuivrés et le dessin de la fibre est beau.
Il a fallu dresser la planche (dégauchisseuse / raboteuse) sans trop perdre de bois dans l'épaisseur car le vibrato nécessite une épaisseur de bois d'au moins 40 mm (j'ai d'ailleurs dû changer le bloc barillet du vibrato Schaller qui était en 42 mm pour le passer en 32 mm, sinon, la guitare aurait été trop épaisse).


Les deux premiers gabarits servent à usiner la forme du corps dans la planche. Ils sont vissés sur la planche (plots de centrage). Ensuite, j'utilise une défonceuse munie d'une fraise à copier (roulement au-dessus de la fraise) et pour finir, j'enlève les gabarits, retourne la planche et me sers d'une fraise à affleurer (roulement au-dessous de la fraise) pour réaliser la dernière passe, en m'appuyant sur le détourage des 4 premières passes. En 5 passes, le corps de la guitare a pris forme et pèse à présent 2,8 kg.


Usinage du corps à la défonceuse en s'appuyant sur les gabarits 1 et 2.


J'attaque ensuite les défonces des micros, du Floyd, du manche (par la face du dessus) puis celles du Floyd et de la cavité des potentiomètres (par la face du dessous), toujours en m'aidant des 4 gabarits.
Finitions à la ponceuse à bande pour le détourage du corps et la réalisation du galbe du corps (table et dos), puis à la ponceuse vibrante et enfin au papier verre de plus en plus fin (100, 180, 280). J'ai voulu une table plate au niveau des micros (41 mm d'épaisseur) qui s'affine sur les bords jusqu'à 34 mm.
Le poids du corps est alors de 2kg, ce qui me semble être correct. On verra bien si, une fois terminée, la guitare ne sera pas trop lourde.


Le corps, une fois les défonçages et usinages réalisés.
On voit bien les veines du bois (bossé)



                    4 - Usinage du manche :

    Quant au manche, qui est un "paddle" acheté aux Etats-Unis, je réalise la tête à la forme que j'ai dessinée, perce les trous pour les mécaniques à la perceuse à colonne, et termine la tête par un placage en loupe d'Erable. A la ponceuse à bande, à la lime puis à la ponceuse vibrante et enfin au papier verre (jusqu'au 280), j'usine le manche à la forme définitive (en U) et le talon en arc de cercle.


Finition du manche.

 

                    5 - Premières vérifications :

    Il faut ensuite vérifier que le manche (une fois placé dans sa défonce) et que les plots d'appui du Floyd sont correctement usinés. C'est l'un des points les plus importants et délicats car les cordes ne doivent pas sortir du cadre du manche et la marge est faible. On a juste 1 mm de chaque côté !
On en profitera aussi pour vérifier l'alignement des micros par rapport aux cordes. Cela permet de voir si les défonces des micros sont bien positionnées.
C'est aussi le moment de vérifier que le diapason est correct (longueur de la corde vibrante entre le sillet et le Floyd).


Vérification de l'alignement du corps, du manche et des micros à l'aide des 2 cordes de Mi.



                    6 - Placage :

    Je réalise ensuite le placage de la table avec de l'Erable pommelé (épaisseur 6/10°) et termine les usinages qui donneront la forme définitive de la table (chanfreins de bords).

 

                    7 - Derniers usinages :

    Il faut ensuite usiner les zones où passeront les potentiomètres et le switch 5 positions (perçage de la table).

 

On poursuit avec les petites cavités pour les deux potentiomètres et le switch 5 positions. Il faut creuser dans la cavité principale avec une petite fraise (Dremel) pour que les potards et swith puissent suffisamment dépasser de la table.

 

On perce ensuite le trou pour le jack avec la perceuse et un forêt à bois de 20 mm (penser à faire un avant- trou avec un foret à bois de 2 mm).

 

A la perceuse, il faut ensuite réaliser les trous qui permettront de passer les fils des micros. Cette phase est plutôt délicate car il ne faut pas abimer le placage de la table (aïe, aïe, aïe !!!).

 

                    8 - Traitement du bois :

    Une fois tous les usinages terminés, il faut passer au traitement du bois en commençant par le Fondur qui va servir à boucher les plus petits pores du bois et ainsi "l'étanchéifier".
Il faut avant tout protéger toutes les zones à ne pas vernir, avec du scotch papier  (les défonces des micros, du Floyd, de la cavité de l'électronique et du manche que je laisse bruts, puis la touche du manche). Après la première couche, ponçage au papier verre (grade 320). Deuxième couche de Fondur (sauf sur l'Erable du manche où une couche suffit) et à nouveau, ponçage au 320.

J'emploie ensuite des vernis (à l'eau) teintés (acajou (rouge) pour la tranche et le dos du corps, chêne doré (jaune) pour  tout le manche : 3 couches fines avec égrainage au 500 entre chacune d'elles.

Après ces couches de vernis teintés, les deux dernières couches (4° et 5°) sont un peu plus épaisses et réalisées avec un vernis polyuréthane transparent 2K (avec durcisseur) afin de protéger le bois des éventuels chocs et rayures, sur tout le corps. Pour le manche, je vernis tout sauf la touche et la partie du manche qui pénètrera dans le corps (talon).
N'ayant pas de cabine chauffée pour peindre, je suis obligé de laisser passer l'hiver pour attaquer le vernissage au polyuréthane. Ca fait râler, mais
il faut savoir être patient. Un peu plus de deux mois à attendre que les températures extérieures dépassent les 17°C. Vers la mi-mars, les conditions sont réunies pour pouvoir vernir.


Après la première couche, je laisse sécher 36 heures et commence le ponçage avec du papier à poncer à l'eau (grade 1000, puis 2000) afin d'enlever les quelques défauts. Je repasse une seconde couche, laisse sécher et renouvelle l'opération de ponçage (grades 1000 et 2000).
Cette opération enlève alors le brillant du vernis. Pour le faire revenir, j'utilise un polish de finition (efface rayures). Et c'est magique, le brillant revient. Ne faut pas hésiter à insister pour bien le faire. Cela demande pas mal de travail !!!

 

                    9 - Montage de l'accastillage et des micros :

    Préalablement, le manche est fixé au corps de la guitare par 4 vis qui passent dans les 4 entretoises prévues à cet effet.
Ensuite, les 6 mécaniques sont fixées sur la tête du manche suivant l'angle original de
CFS Guitars ©.
On poursuit par la mise en place des deux plots sur lesquels viendra se positionner le Floyd Rose Schaller. C'est un point très important car le bon alignement des cordes par rapport au manche en découle (normalement, ce point a déjà été vérifié à la phase 5). On fixe ensuite les ressorts du Floyd dans la cavité prévu à cet effet et on les raccorde au Floyd qui est monté sur ces deux plots.


Deuxième vérification de l'alignement du corps, du manche et des micros à l'aide des 2 cordes de Mi.


Il faut régler le sillet (hauteur par rapport à la touche du manche) pour avoir la bonne hauteur des cordes. Au niveau de la première frette, il faut :
        0.6 mm entre la corde mi grave et le haut de la 1° frette.
        0.35 mm entre la corde mi aigue et le haut de la 1° frette.

Les 3 micros sont ensuite placés dans leur cavité respective et les fils sont acheminés via les trous jusqu'à la la cavité prévue pour les composants électroniques.
 

 

                    10 - Câblage de l'électronique :

    Pour cette phase, il aura fallu auparavant passer un peu de temps à étudier les combinaisons de micros que je voulais obtenir (et le câblage qui va avec) et quels composants utiliser. Tout ceci devait tenir compte également de l'épaisseur de la guitare (41 mm).
Il a fallu également comprendre le fonctionnement du switch 5 positions. Il existe une quantité importante de ces switches avec des combinaisons différentes suivant les marques et les modèles. Attention donc, car ceux ne sont pas tous les mêmes.
Mon choix c'est finalement porté sur le Mégaswitch type S de chez Schaller. Il n'est pas très cher et son maniement est très agréable lorsque l'on change de positions.
Ne voulant pas mettre de microswitch pour splitter les micros double bobinage, je me suis orienté vers un potentiomètre muni d'un push / pull. Ici aussi, il aura fallu tenir compte de l'épaisseur de la guitare (41 mm). Ca passe juste !!!

Une fois les composants choisis, il suffit de réaliser le câblage des différents éléments suivant le schéma ci-dessous :

Schéma de câblage de ANKTIUS - Série SH -CFS Guitars ©

Il est alors possible de monter les cordes puis de brancher la guitare dans un ampli afin de vérifier que tout fonctionne correctement (potentiomètres, switch), même si les réglages du manche et des cordes n'ont pas encore été effectués. Il faut sortir un son !!!

Il est temps de fixer les potentiomètres, de les coiffer de leur bouton et de fixer le switch 5 positions.

        
           
11 - Réglages  finaux (ouf !):

    Ces opérations sont très importantes car il y va du confort et de la jouabilité de la guitare. Me concernant, le but est d'obtenir des cordes avec une action la plus basse possible pour pouvoir avoir un jeu rapide en solo.
    Mais le fait d'avoir un Floyd ne facilite pas l'affaire.

    Je commence par régler le Floyd (tension des ressorts, hauteur et horizontalité du Floyd, accordage des cordes). Cette phase nécessite plusieurs opérations (tension des ressorts, accordage, tension des ressorts, accordage, etc ...) jusqu'à obtenir le résultat parfait.

    Puis il faut régler la courbure du manche, à l'aide de la vis du tross rod comme suit :
    En mettant un capodastre à la première case et en appuyant sur la dernière case du manche (ici la 24°), il faut mesurer entre le niveau du haut de la 8° frette et la corde de Mi aigu : 0,25 mm à l'aide d'une cale. Cette valeur est variable suivant les marque de guitare. Le maxi conseillé est tout de même de 0,3 mm.

    Le manche étant naturellement concave, il faut visser (sens horaire) pour redresser le manche, donc dans la cas où la hauteur mesurée est supérieure à 0.25 mm. Dans le cas inverse, il faut le dévisser (sens antihoraire).
Pour ce faire, il faut visser ou dévisser par quart de tour au maximum, puis légèrement fléchir le manche avec les mains pour l'accompagner dans le sens désiré pour que tout se mette en place, puis faire une nouvelle mesure et ainsi de suite jusqu'à obtenir résultat de 0,25 mm.

    Bien sûr ces réglages peuvent dépendre de la guitare que l'on règle. Par exemple, il est possible que vos cordes frisent. Dans ce cas là, il faudra peut être remonter le Floyd.

    Je règle ensuite le diapason pour chacune des cordes.

    Il faut ensuite régler la hauteur des micros par rapport aux cordes. Pour le micro manche, il faut 3 mm entre le plot du haut et la corde Mi grave et 2 mm entre le plot du bas et la corde Mi aigu.
Pour le micro chevalet, il faut 2 mm entre le plot du haut et la corde Mi grave et 1 mm entre le plot du bas et la corde Mi aigu.
Pour le micro du milieu, il faut 2.5 mm entre le plot du haut et la corde Mi grave et 1.5 mm entre le plot du bas et la corde Mi aigu.
Tout cela est bien sûr fonction du goût de chacun et ces réglages peuvent être adaptés suivant le type de micros ou de l'équilibre du son que l'on veut obtenir (plus grave, plus aigu, plus de médium).

    Et voilà, nous avons atteint le moment tant attendu : brancher la guitare dans un ampli et jouer !!!
C'est l'aboutissement de plusieurs mois de travail, ponctués de phases plus ou moins difficiles à réaliser. Mais le résultat est là et il ne reste plus qu'à savourer le fait de pouvoir jouer sur une guitare originale de sa propre conception !

 


Voici une photo à la fin du projet.

 

 


Anktius vue de dos à la fin du projet.

 

                   
IV - La vidéo de présentation

 

    Cette vidéo (en cours de réalisation) vous montrera le résultat final. C'est le grand moment de vérité, tant attendu depuis des mois. On branche et on écoute ... Après, ce n'est qu'une affaire de goût. Ca plait ou ça ne plait pas. Alors, n'hésitez pas à me faire part de vos remarques (en me contactant par ici). Elles seront le bienvenu.
Me concernant, je suis agréablement surpris du résultat. Le son est conforme à mes attentes, quoique moins cristallin qu'avec mon Ibanez Sabre.

    Et c'est là que l'on comprend toute l'importance dans le choix des bois qui constituent une guitare. A ceux qui ne cessent de dire qu'une guitare électrique, c'est les micros et c'est tout, je tiens à leur dire qu' ils se trompent !
Pour mon Anktius, j'avais choisi exactement les mêmes micros que ceux de mon Ibanez Sabre S540FM et je m'attendais donc à avoir plus ou moins le même type de son. Et bien, non. L'Anktius est moins cristalline que l'Ibanez !
 

    Cependant, si je veux obtenir un son plus cristallin avec Anktius, il me suffira tout simplement de modifier les réglage de mon ampli.

    A présent, trêve de bavardage et place à la vidéo !

   
Cette vidéo comprend trois parties :

    1 - Présentation des différentes parties de la guitare ANKTIUS et de leurs caractéristiques de 0:00 à XX:XX
    2 - Démonstrations sonores des 9 positions possibles (combinaisons des 3 micros) de XX:XX à xxxxx
    3 - Démonstration de jeu avec la guitare ANKTIUS (improvisation) de XX:XX à la fin.

En vous souhaitant une bonne écoute.



Retour à la page "Accueil" de CFS Guitars

 

 

Accueil Généalogie Massat Voyages Musique Guitares CFS Publications Galeries Photos Nouveautés Plan du site Statistiques du site
Copyright © 2007- 2017 Philippe CABAU de FAUROUNE
Dernière modification : 12 mai 2017