Les textes lus

 

Accueil
Contactez-moi
Généalogie
Massat
Voyages
Musique
Guitares CFS
Publications
Galeries Photos
Nouveautés
Plan du site
Statistiques site

 

 


Cette partie du site est consacrée à la découverte de la langue vallée de Massat. Les textes ci-dessous sont accompagnés d'un fichier .mp3 (son) sur lequel vous pouvez cliquer et entendre ainsi le texte lu. Vous pourrez ainsi le suivre tout en le lisant.
Si vous êtes intéressés par l'étude du dialecte de la vallée de Massat, il existe un livre écrit par Jean-Pierre Laurent : le dialecte de la vallée de Massat (édité en 2001 à compte d'auteur).
Ce livre est une méthode d'apprentissage de ce dialecte et intègre un dictionnaire Massadel / français. Les textes si dessous, lus par des personnes qui parlent ce dialecte depuis leur plus tendre enfance, sont donc un complément à cette méthode.
 

Massadèls, que n'i-a pertot, ren qu'en cèl  - Des Massatois, il y en a partout, sauf au ciel.

 

  Texte Auteur
1 La Massadèla Jean-Marie SERVAT
2 le conte de l'Etang de Lers Anonyme
3    
4    
5    
6    




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TEXTE n°1

Introduction :

La Massadèla est en quelque sorte l'hymne de la vallée de Massat. Ecrit par  Jean-Marie Servat, ce texte a également été mis en musique. La version du site n'est que parlée (non chantée).
Texte lu par madame CABAU Sigaud xxx née xxx.
 

La Massadèla
--
Cliquez ici pour écouter le texte  --

Texte d'origine en Massadel Traduction en français

 

Qu'èm les efants libris e fièris
De las montanhas de Massat
Al progrès vengudis derrèris
Qu'avem l'ama del temps passat
Tanben fora dels camps de lina
L'esgüeg e l'ernha mos mina
E que cantam e que cantam

    O mèu païs, qu'ès tant mistos e tant polit
    O mèu païs, qu'ès tant mistos e tant polit


Qu'aimam l'aigua viva e 'stillada
Del riu que bruch al fons del clot
Las flors que mirgalhan la prada
La votz al cèl de l'auselot
L'asur de la serr' adormida
On le pastor brèça sa vida
En tot cantant, en tot cantant   

    O mèu païs, qu'ès tant mistos e tant polit
    O mèu païs, qu'ès tant mistos e tant polit
 

La nosta tèrra s'é mudada
Pel noste trebalh santados
Tanben demora mès aimada
ço noste mos sembla mès doç
La let, la laira de la oelha
L'aire, le cèl, l'arbe que fuelha
E nostis cants e nostis cants

    O mèu païs, qu'ès tant mistos e tant polit
    O mèu païs, qu'ès tant mistos e tant polit
 

Qu'aimam dessùs tot nost' amiga
Son riser gaujos e son güelh
Son cos que non crenh la fatiga
Sent bon coma l'èrba al solelh
A la claror de las estèlas
Que mo'n anam a las perbièlas
En tot cantant, en tot cantant

    O mèu païs, qu'ès tant mistos e tant polit
    O mèu païs, qu'ès tant mistos e tant polit

 

Nous sommes les enfants libres et fiers
Des montagnes de Massat
Au progrès venu en dernier
Nous avons l'âme du temps passé
Aussi hors des champs de lin
L'ennui et la hargne nous minent
Et nous chantons et nous chantons :

Oh ! mon pays, tu es si aimable et si joli
Oh ! mon pays, tu es si aimable et si joli


Nous aimons l'eau vive et courante
Du ruisseau qui fait du bruit au fond de la vallée
Les fleurs qui colorent la prairie
La voie céleste de l'oisillon
xxx de la colline endormie
Où le berger berce sa vie
Et tout en chantant, et tout en chantant

Oh ! mon pays, tu es si aimable et si joli
Oh ! mon pays, tu es si aimable et si joli
 

Notre terre a été transformée
Par notre travail sain
Aussi xxx plus aimé
Xxx nous semble plus doux
Le lait, le cri de la brebis
L'air, le ciel, l'arbre qui met ses feuilles
Et nos chants et nos chants


Oh ! mon pays, tu es si aimable et si joli
Oh ! mon pays, tu es si aimable et si joli
 

Nous aimons par dessus tout notre amie
Son rire joyeux et son œil
Son corps qui ne craint pas la fatigue
Sent bon comme l'herbe au soleil
A la clarté des étoiles
Nous nous aimons aux veillées galantes

Et tout en chantant, et tout en chantant

Oh ! mon pays, tu es si aimable et si joli
Oh ! mon pays, tu es si aimable et si joli

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TEXTE n°2

Introduction :

Ce conte relate de la formation de l'Etang de Lers qui se déroula lors d'une terrible nuit, il y a fort longtemps. Texte lu par madame CABAU Sigaud xxx née xxx.

 

Le conte de l'Etang de Lers
--
Cliquez ici pour écouter le texte  --

Texte d'origine en langue du pays de Massat
(phonétique)
Traduction en français

Uo niet, le bon Diu e Sant-Pey que passabon al courtal de Lers,
qu'eron mal bestidis e que demanabon l'aymono.
Que tusteren à toutos las cabanos
e en cap que nou les boulgueren cap recebe.
A la fi, aneren tusta à la derrero porto,
e un pastou que y desobric.
Le pastou qu'ero am la seo fenno,
e toutis dus ques caufabon
firen plasso as dus estrangers
e les embiteren à minja un mos.

Uo ento de la niet,
les dus praubes se leberen e digueren al pastou :
" brabe home, em toucadis de l'aculh que nous abets feyt,
nous anats segui,
bous e bosto fenno am tout le bestalh qu'abets,
perso qu'assi se ba passa causos extraourdinarios.
Quand siram foro d'aquest courtal,
que qu'entenats nou, bous rebirets cap james ".

E s'en ban.
Quand furen prou en là,
un tren, coumo se toutos las rocos debalabon, ques fi ausi.
La fenno ques rebirec
e que fuc cambiado en peyro.

Aue encaro que besen les regots sus le roc.
A la plasso del courtal que s'y abio feyt u estang
e que noun y demourec que la cabano del pastou
al mietg d'uo islo ques y fourmec.


 



Une nuit, le bon Dieu et Saint-Pierre passèrent à l'estive de Lers,
Ils étaient mal vêtus et demandèrent l'aumône.
Ils frappèrent à toutes les cabanes
et personne ne voulait pas les recevoir.
A la fin, ils allèrent frapper à la dernière porte,
et un berger leur ouvrit.
Le berger était avec sa femme,
et tous deux qui se chauffaient
firent de la place aux deux étrangers
et les invitèrent à manger un morceau.

A une heure de la nuit,
les deux pauvres se levèrent et dirent au berger :
brave homme, nous  sommes touchés de l'accueil que vous nous avez fait,
vous allez nous suivre,
vous et votre femme avec tout le bétail que vous avez,
car il va se passer des choses extraordinaires.
Quand nous serons hors de cette estive,
quoique vous entendiez, ne vous retournez jamais.

Et ils s'en allèrent.
Quand ils furent assez loin,
un bruit, comme si tous les rochers tombaient, xxx
La femme se retourna
Et fut changée en pierre.

Aujourd'hui, encore on voit les petites rigoles sur les rochers.
A la place de l'estive, il s'y est fait un étang
et xxx la cabane du berger
au milieu d'une île qui s'y forma.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Texte 3 :

            XX

 

        Texte 4 :

            XX

 

        Texte 5 :

            XX

 

        Texte 6 :

              XX

 

Accueil Généalogie Massat Voyages Musique Guitares CFS Publications Galeries Photos Nouveautés Plan du site Statistiques du site
Copyright © 2007- 2017 Philippe CABAU de FAUROUNE
Dernière modification : 12 mai 2017